Print this page
Published in Reliquie
Read 324 times

Le culte des reliques est né du désir de faire mémoire d'un martyr et d'en vénérer la tombe. Quelques siècles plus tard, on a commencé à vénérer aussi les ossements des saints moines, comme un geste d'affection envers des pères. En vénérant ce qui était resté de leur passage sur la terre, on manifestait le profond respect qu’inspirait leur vie, leur exemple, en même temps qu'une mystérieuse communion avec eux.
Selon les vues “rationalistes”, le culte des reliques est un comportement archaïque, qui a conduit à des absurdités. Les lieux de pèlerinage se sont battus pour avoir les reliques, ils en ont créé et en ont fait commerce, etc... L'homme, écrasé par sa condition, par la peur de la souffrance et de la mort, se réfugie dans des comportements magiques qui le protègent et lui permettent de survivre.
Aujourd'hui la science éclaire toutes ces attitudes. De nombreux phénomènes “extraordinaires” qui ont eu lieu dans le passé ont trouvé une explication scientifique, et ceux qui ne l'ont pas encore trouvée, la trouveront demain. Une attitude opposée a quelque chose de magique, exempte de tout esprit critique : les reliques sont une sorte de “talisman” qui protège ; le surnaturel est vu comme une force radioactive qui agit, sans être perçue. Il faut accomplir un certain nombre d'actes et le résultat ne se fera pas attendre.
En réalité, l'histoire concrète de nos “saints” est bien loin de cela. Il est évident qu'il faut éviter les équivoques et les exagérations, et s'en tenir à une juste dévotion ; mais, selon la doctrine de l'Eglise catholique, les actes de dévotion ressemblent aux pratiques magiques ou superstitieuses parce que celui qui s'y livre s'imagine qu'ils sont efficaces en eux-mêmes ; en ce qui concerne les reliques, au contraire, ce n'est pas l'acte en soi qui est efficace, mais la prière qui l'accompagne, et seulement si la grâce demandée est accordée par un libre choix de Dieu.
Nous invoquons les saints pour qu'eux, à leur tour, interviennent auprès du Seigneur, jusqu'à la dernière des prières. Vénérer une relique, c'est vénérer la miséricorde de Dieu qui s'est réalisée dans le saint. Prier devant le corps d'un saint, c'est rendre grâce à Dieu qui l'a soutenu sur le chemin de la sainteté.

Last modified on mercredi, 07 février 2018 11:56

L'utilizzo dei cookie concorre al buon funzionamento di questo sito e favorisce il miglioramento dei servizi offerti all'utente. L'accesso ai contenuti del sito e l'utilizzo dei servizi implica accettazione dell'utilizzo dei cookie.